ExpositionSortie

Avis exposition La Fabuleuse histoire des mangas

L’exposition se déroulait sur tout le rez-de-chaussée de la galerie. Une chose que nous ne savions pas et que nous nous demandions le jour de notre visite: d’où venaient toutes ces œuvres ?

Nous avons trouvé qu’il s’agissait d’œuvres appartenant à un collectionneur nommé Pierre-Stéphane Proust spécialiste dans « l’art postal » mais aussi passionné par l’histoire des mangas.

Nous commençons donc notre visite qui suit un parcours chronologique. Les premiers travaux sur lesquels nous tombons sont des rouleaux et des recueils de la fin du XVIIIᵉ siècle. Ces rouleaux pouvaient atteindre jusqu’à 6 mètres de long. Et contenaient des histoires souvent teintées de surnaturel, mettant en scènes des yokai, des oni et autres esprits.

Point qui nous a frappé, c’est l’humour, souvent potache et bon enfant, dont faisaient preuve les dessinateurs asiatiques de l’époque. En atteste un portrait de Kuniyoshi composé de plusieurs corps humains entrelacés et contenant une légende qui dit: « Il fait peur mais il est gentil« . Autre exemple, moins classieux, mais tout aussi drôle, l’estampe intitulée « Bataille de pets » de Utagawa Hiroshige qui se passe de commentaires.

L’estampe s’inscrit dans la tradition picturale du Japon, celles-ci apparaissent au XVIIᵉ siècle et sera le support principal d’un courant majeur du Japon de l’ère Edo: ukiyo-e littéralement image du monde flottant. Les thèmes sont novateurs pour l’époque, car ils correspondent aux centres d’intérêt de la bourgeoisie. Comme les jolies femmes et les oiran célèbres (courtisanes), les shunga (scènes érotiques). Les recueils (donc sous forme de livre), les rouleaux et les estampes agencés en cases que nous découvrons sont incontestablement très proches de ce que vont être nommés les mangas.

À l’issue du premier couloir de la visite, on découvre une autre méthode de diffusion d’images. Il s’agit de planche à découper ou déjà prête pour former un cache de papier en dessous duquel on fait défiler des cases d’images en tirant sur le papier. Comme un théâtre de marionnettes, mais en papier et à plat.

Ensuite, était exposé quelque chose qui nous a intrigué: un vélo surplombé d’une boite en bois sur son porte-bagage. Derrière le tout était suspendu un kimono et un chapeau de paille. Il s’agissait de la panoplie complète du conteur de Kamishibaï, un autre média de l’époque permettant de véhiculer des histoires à travers le dessin.

Le Kamishibaï est littéralement un « théâtre de papier« . Le conteur racontait des histoires d’origine japonaise basée sur des images (planches cartonnées). Elles défilaient dans un petit théâtre en bois (à l’origine) ou en carton, à trois ou deux portes appelées butai.

Ce petit théâtre mobile était transporté par vélo. Le conteur se déplaçait de village en village et réunissait petits et grands autours de ses histoires. Certains personnages de Kamishibaï eurent tellement de succès qu’ils ont été adaptés plus tard en mangas papier, comme ce fut le cas par exemple pour le super-héros Ogon Bat.

Plus nous progressions dans l’exposition, plus nous avancions dans le temps pour retrouver des œuvres proches de l’idée que l’on se fait aujourd’hui du manga.

Une étagère entière était consacrée à Osamu Tezuka, l’un des pères fondateur du manga contemporain, souvent considéré comme l’équivalent japonais de Walt Disney. On lui doit des récits très connus comme par exemple Le Roi LéoAstro, le petit robot ou encore Black Jack

L’exposition était aussi parsemée d’affiches de cinémas originales des plus grands films d’animation japonais comme AkiraLe Voyage de Chihiro ou Princess Mononoke.

L’expo ne s’arrêtait pas simplement au support papier. Le but était aussi de montrer le succès commercial et culturel de certaines œuvres en nous exposant tout un tas de produits dérivés. Le visiteur pouvait ainsi contempler des cartes, des sacs, des jeux vidéo, des figurines.

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu!


En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

Laissez un commentaire on réagira avec vous!