RPGSimulation de vieTest

Test de Harvestella la nouvelle licence de Square Enix

Je pense que beaucoup d’entre nous ont déjà essayé ou au moins entendu parler une fois d’un Harvest Moon ou désormais Rune Factory. Une licence sans prise de tête, mêlant vie agricole et sociologie dans des univers plutôt mignons.

Square Enix a décidé de s’essayer au genre en proposant le jeu HARVESTELLA que j’ai évidemment acheté. Car je n’avais plus de jeu pour moi chiller au lit (j’ai arrêté depuis très longtemps Animal Crossing lorsque j’ai perdu mes données, ça démotive).

Le jeu commence par vous proposer de choisir le sexe de votre personnage. Sa couleur de cheveux et d’yeux. Ainsi que sa voix, oui, car vous pouvez être une femme avec une voix d’homme par exemple. La personnalisation s’arrêtera là.

Une fois « sauvé(e) » par Cres, le docteur du village, vous pourrez choisir votre nom.

Bien que vous soyez amnésique, c’est la seule chose dont vous vous rappelez (tiens tiens tiens, ça me rappelle d’autres jeux). Tout est très mystérieux, on ne sait rien, une femme nous apparait et nous sommes dans un endroit qu’on ne connait pas… Bon bah du coup, on fait ce qu’on nous dit lol. Les villageois de Lethe, ne sont pas très regardants et bienveillants: ils nous donnent une maison et une ferme. Ils nous envoient des petits présents, nous apprennent des choses.

Bref, tout est trop beau pour être vrai. En effet, il y a des problèmes: le village, mais aussi d’autres villages aux alentours, sont victimes de Quietus anormalement violents et à répétition. Mais aussi en proie à d’autres évènements dont je vous laisserai le loisir de découvrir. Étant une bonne poire, euh, je veux dire, étant reconnaissant, on décide de s’occuper de notre ferme ainsi que d’aider les différents villages.

Vous l’aurez compris, on a donc bien 2 grandes tâches, donc 2 styles de jeu différents. D’un côté la simulation de vie avec l’agriculture, la vente, la pêche ect… De l’autre côté du RPG avec des combats et l’évolution de notre personnage. Voilà, c’est ce que j’aime, du mignon où je peux faire ma petite vie tout en allant vers de l’action. Voyons comment ça se présente.

Je vais commencer avec la ferme. Il faut avant tout prendre en compte 2 paramètres qui sont importants autant dans la partie ferme que dans la partie combat: le temps et l’endurance. En effet, vos journées sont régies par une horloge.

La journée commence à 6:00am du matin, la nuit commence à tomber vers 6:00pm. A 6:30pm il fait noir, on va dire que c’est un avertissement, pour vous prévenir qu’il va falloir rentrer. Si vous tardez, ce sera à vos risques et périls, un logo rouge se placera sous votre barre d’HP, puis, votre personnage tombera littéralement de fatigue et sera automatiquement téléporté dans son lit.

En plus d’être chiant, ça vous coutera une consultation à domicile (plus de 250 Grillas!). Enfin, l’endurance, c’est la barre jaune juste en dessous de la barre des HP. Cette barre vous octroie un nombre d’actions dans votre journée. Si elle tombe à zéro alors que vous êtes à la ferme ce n’est pas bien grave, mais si cela vous arrive en donjon, ouille, vous ne pourrez plus combattre. Sauf si vous avez de la nourriture appropriée.

🥕 Labourer, planter, arroser (sauf s’il pleut), récolter vos champs. Pour cela, il vous suffit d’utiliser les graines ou pousses que vous lootez ou que vous avez achetées. Vous avez quelques outils de bases, puis, il faudra en fabriquer pour vous diversifier ou vous améliorer. Une fois que vous avez récolté vos fruits et légumes, libre à vous de tout vendre ou d’en garder une partie pour votre usage personnel.

🥤 Produire des jus. Pour faire des jus, vous devez avoir des machines à fermenter et des ingrédients à mettre dedans. Soit, vous consommez vos jus, ce qui vous offre divers bénéfices (PV, endurance…), soit vous les vendez.

🥣 Cuisiner. En donjon, ou tout simplement à l’extérieur, les ennemis vaincus lâcheront parfois de la viande. En fait, tout ce que vous ramassez ou cultivez, peut-être combinés pour cuisiner des plats, à condition qu’ils soient comestibles bien sûrs. Tout comme les jus, ils vous apportent divers bénéfices.

🐟 Pêcher. Hé oui, il faut varier son alimentation et ses ressources de revenus, vous pouvez donc pêcher partout où il y a une icône (pas seulement à la ferme).

🐑 L’élevage. Que serait une ferme sans animaux?! Mais surtout, cela apporte d’autres ressources.

📫 Les lettres. Vous allez recevoir du courrier, à vous de repérer le scintillement de votre boîte aux lettres pour lire votre courrier. Il s’agit de demandes des villageois (donc des quêtes), du journal ou des cadeaux.

Voilà, ça peut paraitre peu, mains en réalité les journées sont tellement courtes que c’est déjà suffisant. De plus, vous avez aussi tout ce qui se passe à l’extérieur de votre ferme qui en général à un rapport avec l’histoire principale ou les quêtes annexes.

Les quêtes annexes, qu’elles commencent dans les villages ou dans votre boîte aux lettres, c’est purement de l’aide 100% dévotion de notre personnage trop généreux envers toute la populasse. Attendez-vous à voir défiler tous les problèmes quotidiens des PNJ. Pourquoi on les fait? Pour avoir des graines ou des ressources gratuites! Si vous menez à bien les requêtes des personnages spéciaux comme Cres, cela augmente votre affinité.

Dans les villages, vous trouverez toujours des boutiques pour acheter des graines, obtenir des livres de recettes, ou améliorer votre sac à dos. Vous aurez aussi un forgeron pour améliorer votre arme ainsi que celles de vos compagnons (ça coûte assez cher, le prix est réduit pour celles des compagnons). À l’auberge, vous pouvez parler au gérant pour débloquer les quêtes des plats à cuisiner, ça rapporte beaucoup d’argent.

Dans notre village d’accueil il y a le restaurateur, c’est par lui que vous devez passer pour améliorer votre ferme (obtenir une cuisine, agrandir la ferme, avoir des enclos, etc…). Sachez qu’il y a des Monolithes téléporteurs à activer avec des pierres spéciales, dans votre ferme et dans les villages, ce qui félicitera grandement vos voyages, surtout lorsqu’on voit 6pm à l’horloge.

Passons maintenant aux extérieurs, dans ce que le jeu considère comme des Donjons. Tout d’abord, s’il y a autant de Monolithes téléporteurs, sachez que ce n’est pas seulement pour vous aider.

C’est parce que les donjons sont infaisables en 1 run, et ce, pour plusieurs raisons! Premièrement, à moins que vous passiez votre temps à farmer, vous n’avez pas spécialement le niveau des ennemis de la zone. Surtout qu’il y a des ennemis spéciaux avec des halos violets qui eux doivent être contournés tant que vous n’avez pas le niveau pour les vaincre.

Ils sont carrément en rouge sur votre radar. Autre point, ça vaut le coup de dénicher les coffres ou Poupée Connelu, donc il faut explorer. Ensuite, il y aura probablement des ponts ou échelles à réparer. Ce qui implique d’avoir des Kit de réparation ou des Bombes pour faire exploser les barrages. Vous vous doutez que niveau temps, ça ne passera pas en 1 run non plus. Les donjons sont longs, mais pas dans l’exagération.

Et puis ce n’est pas du tout un problème de le faire en plusieurs fois. Au contraire, j’aimais pouvoir faire des pauses (mais je peux comprendre que ca agace). Franchement, avec un peu de farm et de méthodologie (comme utiliser les téléporteurs et les bonnes échelles), il y aura que les boss qui seront un peu chiants à battre, car ils ont une grosse attaque qui peut one shot les personnages.

Votre équipe peut se composer de 2 personnes + vous. Il n’y a absolument rien à s’occuper dans votre groupe, les IA se débrouillent seuls. Le point très cool dont j’ignorais l’existence (car je ne me spoile jamais sur les jeux que je vais acquérir), ce sont les classes qui se débloquent au fur et à mesure.

Chaque classe a son propre arbre de compétences, ce qui en fait pas mal. Pour débloquer une case dans un arbre, il faut des points SP que vous gagnez en combattant les ennemis. Il va en falloir un paquet, sauf, si vous ne souhaitez pas utiliser une classe.

Lorsque vous combattez, les points SP ne se dispatchent pas dans chaque classe! C’est la classe avec laquelle vous tuez un ennemi qui prend les points, il faut donc alterner et c’est prévu pour switcher entre 3 classes équitables en même temps. Chaque classe à ses coups, ses pouvoirs et sa portée. Vous pouvez déclencher vos pouvoirs quand vous le souhaitez du moment qu’il est chargé. À quoi ça sert? Tout simplement parce que les ennemis n’ont pas tous les mêmes faiblesses, certain sont résistants à la magie alors que d’autres le sont à la force. Certain sont faibles contre la glace, alors que d’autres le seront contre l’électricité.

Niveau graphisme, Harvestella est plutôt joli, même s’il n’exploite pas le max de ce que peut offrir la console, et propose des décors variés. Les personnages et la façon dont ils sont habillés m’ont fait penser à Bravely Defaut 1.

Les villes et les chargements lorsqu’on passe une ligne pointillée bleue m’ont rappelé des Final Fantasy. Le bestiaire est plutôt varié et travaillé, les créatures sont mignonnes, notamment notre monture (attention, on ne peut la chevaucher que sur la carte). Moi, je l’ai appelé Doudoux lol.

J’ai bien aimé les quelques éléments de science-fiction qui se mêlent à la fantasy comme les bâtiments futuristes, les voyages dans le temps et d’autres choses que je ne dirais pas. Lorsque vous sortez d’un village ou d’un donjon, vous atterrissez sur la carte que vous foulez avec votre monture pour aller plus vite. L’horloge continue de défiler sur la carte.

Je suis déçue que les personnages n’émettent pas de son, ou d’exclamation lorsqu’il y a leur portrait pendant qu’ils parlent. Alors que pourtant les personnages ont réellement un doublage puisqu’on peut les entendre parler en donjon pour vous signifier qu’ils ont peu de santé, ou lorsqu’ils vous remercient. Je pense que niveau budget ce n’était pas possible, mais c’est vraiment dommage, car ça aurait donné des points au jeu et surtout ça aurait donné du dynamisme.

NOTE 14/20 – Le prix ne justifie pas l’envergure du jeu, ce n’est pas un AAA, c’est vraiment devenu une tendance de tout augmenter. Le jeu met un moment à démarrer. Les possibilités commencent à arriver vers le chapitre 3 ce qui peut rebuter des joueurs, je le conçois.

D’ailleurs, les possibilités de romances arrivent, elles aussi, très tard: une fois le scénario principal terminé. Et il faudra aussi avoir le score complet d’affinité du personnage avec lequel vous souhaitez faire votre vie.

La narration est légère, et le jeu est accessible à tous, bien plus qu’un Rune Factory ou Stories of Seasons. C’est moins chiant aussi, mais cette accessibilité n’est peut-être pas que dans le bon sens, car de manière générale ce n’est pas assez fourni.

💎 Review réalisée à partir d’une version Switch.

Découvrez le test d’un autre jeu de simulation: Story of Seasons

Points Positifs

● Joli.
● Plusieurs genres mélangés.
● Créatures mignonnes.
● Accessible.
● Bien rythmé.
● Bande son réussie.

Points Négatifs

● Dialogues niais.
● Trop cher pour la durée de vie.
● Long à démarrer.
● Pas assez de contenu.
● Pas assez de personnalisation.

Informations

Sortie: Le 04 novembre 2022
Partenariat: /
Langue: Texte français
PEGI: 12
Dispo: Switch, PC
Éditeur: Square Enix
Développeur: Square Enix, Live Wire
Mode: Solo

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu:

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

2 réflexions sur “Test de Harvestella la nouvelle licence de Square Enix

Laissez un commentaire on réagira avec vous!

En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading