ActionHorreurTest

Test du jeu vidéo Resident Evil Village VIII

Alors là, je suis très contente, oh oui. Déjà parce que comme d’habitude, j’ai eu le jeu de la part de mon partenaire Capcom. Mais aussi parce que j’ai pu faire tourner ma PS5 et utiliser mon casque sur Resident Evil Village! En effet, quoi de mieux qu’un action-horror pour tester le potentiel du casque officiel?!

Avant de vous parler de Resident Evil Village, je vais vous résumer les faits du 7. Oui, car il y a des éléments importants pour saisir cette suite. Attention, va suivre un spoiler entier de RE7.

Je n’ai pas joué à RE7 (c’est le seul…). Mais je connais toute l’histoire et est vu tout le film de cinématiques, ce qui m’a aidé. Voici: juillet 2017, (approximativement 4 ans après les événements de RE6) dans la ville fictive de Dulvey, en Louisiane, au sud des Etats-Unis.

Un homme nommé Ethan Winters est à la recherche de sa femme, Mia, disparue maintenant depuis plus de 3 ans et présumée morte. Un jour, il reçoit une vidéo de Mia qui le conduit vers une plantation abandonnée, où il finit par retrouver sa femme, qui semble avoir été retenue prisonnière. Mia est tantôt apeurée, tantôt violente.

Puis, Ethan se fera attaquer par la famille Baker, une famille de tarés, cannibales, et ultra-violentes. On découvrira que la famille est sous l’emprise d’Eveline, qui manipule également Mia grâce au mutagène « Mold« . Eveline est une arme biologique qui a été conçu sous les traits d’une gamine. À l’époque, lors de son transfert, elle s’est échappée pour se constituer une famille, dont Mia ferait partie.

Heureusement, un membre de la famille deviendra l’allié d’Ethan, c’est Zoé, la fille Baker. Grâce à elle, Ethan réussi à fabriquer 2 seringues de sérum, mais doit en utiliser une pour tuer quelqu’un. C’est pourquoi, il doit faire un choix pour la dernière seringue: l’injecter à Mia ou Zoé. On notera que Chris Redfield aidera Ethan à la fin. Voilà, RE8 prend place 3 ans plus tard. Mia et Ethan ont démarré une nouvelle vie: ils sont mariés, ont une fille et vivent en Europe de l’Est. Sachez que mon article ne dévoilera aucune ligne de scénario qui pourrait gâcher votre expérience.

Première particularité, Capcom a essayé d’utiliser le meilleure de la technologie de la PS5. Par exemple, grâce aux gâchettes adaptatives de la DualSense et à leur résistance, chaque arme sera dotée d’une puissance et d’un recul particulier.

Le retour haptique renforcera également l’immersion une fois équipé d’arme. Enfin, la technologie sonore Tempest 3D AudioTech offrira aux détenteurs du casque une expérience auditive adaptée au genre action-horror. Vous allez détester entendre les meubles et le bois craquer. Une fois le jeu en route, j’ai été frappée par le conte noir que lit Mia à Rose, très style Burton, un livre qui pourrait passer inaperçu, mais qui a tout son sens.

Le jeu démarre déjà très fort! J’ai été saisie par la scène qui se jouait en face de moi, je me suis dit « euh, quoi? Vraiment? Mais non« , mais si, et me voilà aux commandes d’Ethan aussi désœuvré que moi! Tout comme dans l’épisode précédent, on joue à la première personne pour ne rien perdre de l’immersion. En autre, tu es obligé de bouger la tête aussi rapidement que possible pour être sûr de ne pas rater un ennemi hors champ de vision. Il y en a parfois beaucoup et ils sont très rapides, un stress garanti.

Si dans le 7 je n’aimais pas l’aspect clos et le manque de variété, ici, on se balade dans tout le village. À cela s’ajoute les domaines de chaque « seigneurs ». Le village aura de quoi vous tenir occupés, nécessitant plusieurs aller-retours si vous souhaitez mettre au bleu votre carte. Un bâtiment en rouge est un bâtiment qui n’est pas clean à 100%, les habitués ne seront pas dépaysés. Moi, c’est le genre de chose que j’aime faire pour avoir toutes les améliorations possibles. Comme les plans de fabrications, les trésors etc.

On rencontre très vite les seigneurs qui vont nous mettre la misère tout au long de la partie, mais on ne se doute pas de ce qui nous attend une fois sur leur domaine respectif. Quatre ambiances différentes. Au domaine de Dimitrescu, on parcourra un château, à la fois gore et raffiné selon la pièce où l’on se trouve. Oui, je dis gore, car Lady Dimitrescu a beau être raffinée, elle et ses filles laissent traîner des membres de corps humain, des cadavres et bien d’autres choses peu ragoutantes.

Son château est plutôt vaste, il y a pas mal d’exploration et vous serez obligés de surveiller vos arrières, surtout vers la fin, où Dimitrescu vous pourchassera, laissant le bruit de ses pas vous angoisser. J’ai bien aimé ce lieu, j’ai eu l’impression d’avoir pas mal de choses à faire, tuer, éviter. Je vous mets un visuel intéressant qui montre la progression en taille des méchants dans RE, ouais, ils feront moins les malins.

Le domaine suivant vous fera arriver dans un manoir, celui de Beneviento. C’est mon domaine préféré, parce que c’est celui qui m’a fait peur. Le manoir Beneviento abrite tout ce que je déteste! Des poupées, des choses qui craquent, bougent, tombent, l’obscurité, des rires d’enfants et je ne vous parle même pas de la chose qui rode dans les couloirs.

Ce domaine est assez court, et ce ne sera pas vraiment un combat de boss à la fin. Mais l’effet sur le joueur était là, l’atmosphère était différente, plus paranormale, plus feutré. Après ce manoir cosy, mais stressant, on passe au domaine de Moreau. Encore un dépaysement total, puisque cette fois, on barbotera sur l’eau et le combat en sera un vrai.

Enfin, avant le boss final, on devra venir à bout du domaine de Heisenberg qui se présente sous une immense usine, abritant des cadavres machines, fruits d’expériences toujours aussi dégueulasses les unes que les autres. Voilà, c’est l’élément essentiel à retenir: pas de routine dans RE8, des personnages avec des personnalités, qui vous feront penser à des personnages connus de fiction littéraire. La connexion entre eux, Miranda et la licence Resident Evil est bel et bien là, n’hésitez pas à lire les documents extrêmement instructifs éparpillés tout au long du jeu!

Parlons maintenant de l’arsenal. L’inventaire est comme d’habitude modifiable et il peut être agrandi. Outre les armes à dénicher, le marchand, alias le Duc, vous proposera plein de choses intéressantes et indispensables. Comme l’amélioration de vos armes (PuissanceRechargementCapacité…), évidemment contre la monnaie locale ramassée ou obtenue lors de vos ventes de trésors.

Vous y trouverez aussi de quoi vous ravitaillez si besoin est, mais surtout, si vous trouvez quoi et où tuer des animaux, vous pourrez demander au Duc de vous mitonner des recettes qui vous offriront des bonus permanents. Ce qui est intéressant, c’est que ce vendeur n’est pas figé dans son rôle, il fait partie de l’histoire, vous verrez.

NOTE 17/20 – La principale innovation de RE8 c’est donc son ambiance et notamment sa fin ouverte qui peut nous laisser supposer un Resident Evil 9 avec une nouveauté palpitante en perspective (du moins, je l’espère). Il est vrai, que si vous ne prenez pas le temps de farfouiller, le jeu se termine rapidement. J’ai mis 14h et quelques avec l’exploration.

Je n’avais pas aimé le 7, je le trouvais trop sale, toujours plein de sang à la moindre occasion. Et ce n’est pas forcément ce que j’aime. C’est d’ailleurs pour cela que je ne l’ai pas fait, il me faisait penser à la licence Saw que je n’apprécie pas du tout. Alors que le 8 lui ne se cantonne pas qu’au gore. Il mélange finesse, angoisse, folklore et d’autres nouveautés que je vous laisse le soin de découvrir.

Je dirais pour le mot de la fin que si Ethan, vous avez laissé de marbre auparavant, croyez-moi qu’ici, vous ne serez pas déçus.

💎 Review réalisée à partir d’une version PS5.

Découvrez le test du DLC sur Rose: à lire ici

Points Positifs

● Le doublage.
● Nouvelle ambiance.
● L’emprunt au folklore.
● La vampire et la maison de poupée.
● Moins dégueulasse que le 7 et tant mieux.
● Ethan.

Points Négatifs

● Se termine vite.
● Pas toujours prenant, genre dans les marais.
● Quelques ennemis sacs à PV.
● Une perte de vitesse avant la toute fin.

Informations

Sortie: Le 07 mai 2021
Partenariat: Capcom
Langue: Texte & voix FR
PEGI: 18
Dispo: PS5, PS4, PC, One, Series
Éditeur: Capcom
Développeur: Capcom
Mode: Solo

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu:

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

Une réflexion sur “Test du jeu vidéo Resident Evil Village VIII

Laissez un commentaire on réagira avec vous!

En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading