RPGTest

Test du jeu Monochrome Mobius: Rights and Wrongs Forgotten

Le titre d’aujourd’hui, Monochrome Mobius: Rights and Wrongs Forgotten est un JRPG déjà sorti au Japon en 2022. Vous vous doutez que si je vous en parle, c’est qu’il vient de passer nos frontières.

Présentation de la licence

Monochrome Mobius: Rights and Wrongs Forgotten (que je vais abréger en MMRWF pour la suite) fait partie de la très populaire série Utawarerumono mêlant jeu de rôle tactique et visual novel.

Il commémore les 20 ans de la série et se déroule avant les événements d’Utawarerumono: Mask of Deception. La particularité de MMRWF c’est, comme vous l’avez remarqué, qu’il ne comporte pas le nom connu « Utawarerumono » dans son titre. Mais ce n’est pas tout. Exit la grille tactique et le visual novel, nous sommes sur un jeu de rôle traditionnel. Alors, je ne vais pas vous le cacher, pour moi, c’est tant mieux.

Des évènements liés qui font connexion

Côté histoire, je vous mets les lignes officielles: Dans la petite province d’Ennakamuy, aux confins du grand empire du Yamato, vivait un jeune homme avec sa mère et sa sœur. Un jour, à la demande du seigneur local, le jeune homme enquête sur une petite irrégularité lorsqu’il rencontre une fille qu’il n’avait jamais rencontrée.

Ce sont les paroles prononcées par la fille qui l’ont choqué: elle a dit à l’homme que son père était toujours en vie. Voyant en elle une trace de son père et résolus à découvrir la vérité, le jeune homme et la jeune fille partirent ensemble vers le pays d’Arva Shulan, un pays qui n’apparaît sur aucune carte.

Voilà, on incarne donc le jeune homme, Oshtor, qui décide de faire confiance à Shunya et ses révélations. Mais surtout, on part ensemble mener notre enquête.

Pour la petite information, Oshtor n’est pas un personnage principal dans la duologie qui suit MMRWF, c’est donc son heure de gloire. Ce ne sera pas la seule connexion avec les jeux précédents, mais pour garder le scénario, je ne spoilerai pas.

Une volonté de faire un RPG

On pourrait dire que le jeu est en deux parties: l’une traitre sur Oshtor et Shunya à la recherche de leur père, donc en gros c’est l’investigation. L’autre, c’est où tout bascule, pour résumer, je dirai les révélations. L’intrigue se suit, en vrai, c’est intéressant, même s’il y a des lenteurs. De surcroit, des choses m’ont échappé, car je ne connais pas bien la duologie Mask of Deception et Truth.

Le jeu n’est pas traduit en français, seulement en anglais, mais les textes ne sont vraiment pas compliqués. La cinématique d’introduction au jeu est vraiment plaisante.

Dans le village du début, on peut visiter les lieux, parler aux PNJ, dénicher des petits trésors… Une fois sorti du premier village, on peut se balader sur la carte, ramasser des items. L’objectif principal vous est signalé, ainsi que les points d’intérêts. Lorsqu’on avance, la carte se dévoile. En somme, du RPG classique. Parfois, l’objectif ne sera pas très clair, il faudra chercher, les indices n’étant pas toujours évidents ou alors donner au cours d’une conversation dont on n’a pas fait attention. Autre petit défaut, avec l’objectif à suivre: Selon où l’on se trouve, il change de position et on est souvent induit en erreur sur la carte.

Les quêtes secondaires sont typiques, cependant le défaut récurant au genre est présent: les allers-retour incessants.

Autre aspect un peu « agaçant », c’est le nombre d’ennemis en donjon. Évidemment, on peut essayer d’esquiver les ennemis, mais les passages étroits ne facilitent pas la démarche.

Vous n’aurez pas ce souci dans les lieux « normaux », mais n’hésitez pas à farmer. Les ennemis sont pour la plupart visibles autour de vous, vous pouvez choisir de les attaquer ou courir pour les semer. Une fois que vous avez plus de niveaux qu’eux, ils vous fuiront. Vous pouvez les poursuivre pour les frapper et ainsi obtenir argent et quelques items. Par contre l’XP gagnée ne vaudra pas le coup.

Le Battle Ring, la fausse bonne idée

Venons-en à ce qui vous intéresse peut-être le plus, les combats. On est sur du tour par tour classique avec un genre de gadget, le Battle Ring. Je n’ai pas spécialement été convaincue, mais j’ai fait avec.

Je vais essayer de m’expliquer: (vous) votre groupe et les ennemis, vous apparaissez sur le Ring à plusieurs anneaux. Vous allez changer de place, donc d’anneau, selon les compétences spécifiques ou attaques que vous utilisez. L’ennemi aussi. L’ordre du tour est géré par la statistique de vitesse du personnage et de l’anneau sur lequel il se trouve à l’instant T. Le but étant de se rapprocher du centre, car ils vous octroient l’avantage de demander moins de temps de recharge entre les attaques. Il y a aussi des sortes de bonus. Je n’y vois aucun intérêt puisqu’on ne peut rien anticiper. En fait, il n’existerait pas, ça serait pareil.

Les personnages peuvent simplement Attaquer, ou utiliser l’une de leurs compétences. Ce sont les compétences qui consomment vos MP. Les compétences utilisent les forces physiques ou de la magie. Il y a des compétences là pour vous faire changer d’anneau. Certaines compétences de Shunya seront possibles uniquement en cumulant des Soulstones.

Il y a également une sorte d’invocation, mais je préfère laisser le suspense en gardant le silence. Cette invocation pourra aussi être utile hors combat.

Niveau graphismes, MMRWF est un peu daté, ça reste visuellement très convenable, mais ne vous attendez pas à du détail. En fait, le plus choquant, c’est le rendu des PNJ qui ne sont vraiment pas beaux dû au manque de détails flagrant. J’ai aussi eu des problèmes de latence lorsque j’avais une monture. La bande sonore est très réussie, je l’ai apprécié.

NOTE: 14/20 – Cet épisode est autonome, vous pouvez y jouer sans connaître les Utawarerumono mais des choses du lore vous échapperont. Bien sûr, les fans eux seront plus que ravis d’en apprendre plus sur Oshtor et d’autres personnages de la duologie qui suit Monochrome Mobius.

J’ai aimé la première moitié du jeu, ensuite, mon enthousiasme est retombé.

💎 Review réalisée à partir d’une version PS5.

Points Positifs

● L’envie de savoir.
● Très bonne première partie.
● Personnages attachants et frais.
● L’abandon du visual novel (mais c’est perso).

Points Négatifs

● Pas de traduction FR.
● Exploration non récompensée.
● PNJ pas beaux.
● On sent que ça date.
● Il faut de la motivation en donjon.
● Direction sur la carte pas toujours claire.

Informations

Sortie: Le 08 septembre 2023
Langue: Texte en EN
PEGI: 3
Dispo: PS5, PS4, PC
Éditeur: Shiravune
Développeur: Aquaplus
Mode: Solo

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu:

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

Une réflexion sur “Test du jeu Monochrome Mobius: Rights and Wrongs Forgotten

Laissez un commentaire on réagira avec vous!

En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading