RPGTest

Test du jeu Pathfinder: Wrath of the Righteous

La Enhanced Edition de Pathfinder: Wrath of the Righteous devient la version standard sur consoles. Elle offre ainsi une amélioration générale de la qualité du jeu, un mode photo. Mais également du contenu supplémentaire de haut niveau lié à plusieurs chemins mythiques et d’autres fonctionnalités mises au point. Tous les détenteurs de la version PC recevront la mise à jour gratuite. Passons maintenant au test:

De quoi parle cet épisode qui fait suite à Kingmaker? D’abord, sachez que Wrath of the Righteous est l’adaptation du jeu de rôle crayon & papier de Pathfinder, il ne suit donc pas la même histoire que Kingmaker.

Le scénario est le suivant. Le royaume de Sarkoris a été détruit quand Areelu Vorlesh, un érudit et pratiquant de magies interdites, a ouvert une brèche vers les plans abyssaux de l’existence, et des hordes de démons ont envahi le monde de Golarion. Dirigées par les méchants seigneurs démons Deskari et Baphomet, les forces abyssales ont écrasé tous ceux qui se dressaient contre elles, transformant Sarkoris en une terre infestée de démons maintenant connue sous le nom de Worldwound.

Nous, on incarne un citoyen de la ville de Kenabres, à la périphérie de Mendev. Après avoir survécu à une invasion démoniaque de la ville, notre personnage découvre qu’il possède d’étranges « pouvoirs mythiques » magiques d’une source inconnue. Une fois les démons chassés de Kenabres, on est nommé commandant de la cinquième croisade par la reine Galfrey de Mendev.

Que serait un jeu de rôle sans quelques customisations d’apparences?! Vous pourrez choisir votre race parmi les 12 disponibles. Puis, choisir des détails comme la couleur de vos yeux, la couleur des cheveux, la couleur des vêtements. Ou même la forme de votre visage, des tatouages ou non, votre nom… Vous ferez évidemment votre choix de classe, et ce, parmi 25 (il y a des classes de prestige que vous ne pouvez pas choisir tant que vous n’avez pas atteint le niveau supérieur et rempli certaines conditions), et plus d’un millier de sorts, dons et capacités pour forger votre personnage.

Les portraits sont en nombre suffisant. Mais des personnages de l’histoire peuvent avoir les mêmes donc cela retire de la personnalisation. Pour tout ce qui concerne les capacités de votre personnage, il s’avère que le jeu est très riche, je dirai même beaucoup, du coup, je m’y perdais un peu, heureusement l’évolution des sorts peut être géré automatiquement.

En combat, le jeu présente plusieurs avantages qui permettent à tous les types de joueurs de s’y retrouver, ainsi, on peut mettre les combats sur pause, en tour par tour ou en temps réel, tout en changeant cette façon de jouer à tout moment juste en pressant une touche. Dans tous les cas, si vous éprouvez de la difficulté, où si vous n’avez jamais mis les pieds dans ce genre de jeu, n’hésitez pas à mettre le mode Histoire ou changer tout ce qui vous gêne dans les options.

La force de Pathfinder WOTR ce sont ses personnages et ses dialogues. Au cours de notre périple, nous allons rencontrer un grand nombre de personnages qui se joindront à nous pour une brève ou une longue durée. Ils ont plus ou moins des personnalités marquantes, mais le plus important, c’est que les compagnons d’un jour peuvent devenir vos ennemis à vie. Par conséquent, les différentes réponses pendant les dialogues ont des conséquences sur les lignes de textes et sur les actes de ceux qui gravitent autour de vous. Quels que soient vos choix au cours de votre partie, vous combattrez toujours les mêmes boss.

Votre groupe se compose de 10 personnages dont 6 feront partis de votre équipe active. Comme je l’avais déjà sous-entendu, il y a beaucoup de dialogues, et alors sous toutes ses formes: encadré, page de livre etc… je l’avoue, parfois, je passais, car j’en avais marre.

Il y a beaucoup de quêtes, mais celles en rapport avec vos compagnons seront des plus satisfaisantes, ce sera pour vous l’occasion d’affiner vos relations ou au contraire les défaire. De plus, il est plaisant de voir ses compagnons prendre part au dialogue, genre, ils s’en mêlent, ça donne de la vie et du réalisme à l’ensemble.

J’ai failli oublier de vous dire que vous ne vous cantonnez pas seulement à votre héros, vous avez le droit de jouer avec les autres personnages. En plus des quêtes, vous allez pouvoir diriger votre armée de croisés contre les forces démoniques. Pour cela, vous avez à disposition une carte dans laquelle des soldats génériques, des archers, des cavaliers et autres peuvent combattre des forces démoniaques dans des combats en grille au tour par tour. Personnellement, je n’ai pas aimé, je trouve cette partie ennuyeuse et répétitive.

NOTE: 15/20 – Pathfinder Wrath of the Righteous est très joli avec sa vue isométrique et ses graphismes, bien que les environnements soient assez ternes. Après, on voit tout de même la différence entre l’atmosphère des lieux du côté du bien (halo de lumière, effet de chaleur); et celui du mal (marre de sang, statut de bouc, pentacles). Les effets des sorts sont agréables à l’écran.

Côté musique, celle du Main Thème est sublime, les autres collent bien au style du jeu. Le titre vous offre pas moins de 100 heures de jeu, les quêtes sont nombreuses. Les quêtes ne sont pas forcément explicites et on se perd parfois dans l’histoire. On se perd aussi dans les nombreux textes.

Enfin, niveau maniabilité, il se joue bien à la manette, bien mieux qu’un Divinity.

Vous pouvez trouver un autre test d’un RPG ici: Triangle Strategy.

💎 Review réalisée à partir d’une version en édition limitée PS4.

Points Positifs

● Joli visuellement.
● La différence entre le bien et le mal.
● Musique du Main Theme.
● Durée de vie.
● Bien à la manette.

Points Négatifs

● Environnement terne.
● Quêtes pas faciles à trouver.
● Beaucoup de textes.

Informations

Sortie: Le 29 septembre 2022
Partenariat: Plaion
Langue: Texte FR
PEGI: 16
Dispo: PS4, One, PC, Switch
Éditeur: Owlcat Games
Développeur: Owlcat Games
Mode: Solo

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu:

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

Laissez un commentaire on réagira avec vous!

En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading