AventureRéflexionTest

Test du jeu vidéo Stray ou l’épopée d’un chat

Stray est le bébé d’un studio indépendant Montpelliérains. Le succès a été tel que les joueurs PC ont pu incarner d’autres chats à l’occasion d’un partenariat avec la SPA, mais surtout le titre s’offre une version physique.

Donc, dans Stray, au cas où vous ne l’aurez pas compris, on incarne un chat. Si, si, et vous allez même pouvoir gratter aux portes, griffer les tapis et le mobilier, dormir, miauler, bref, vous comporter comme un chat sans vous faire gronder.

On découvre un chat roux, tigré, et ses compagnons dans un renfoncement, à l’abri de la pluie. Ils attendent de pouvoir sortir. Une fois les rayons du soleil de retour, la meute (si si) part vadrouiller, mais tout ne se passe pas comme prévu. Notre chat tombe à cause d’un tuyau instable! C’est ainsi qu’on se retrouve dans les bas-fonds d’une cité bien étrange et pleine de dangers, même pour un chat.

Le but sera d’en sortir pour retrouver notre groupe. Mais comment faire? Nous ne sommes qu’un chat! Les développeurs ont pensé à tout: nous allons faire la rencontre du petit robot volant B-12.

Celui-ci est atteint d’amnésie, mais il nous sera tout de même d’une grande aideJe pense que c’est aussi ça la force de Stray, le chat est « normale » il n’a pas des capacités incroyables, c’est juste un chat.

L’environnement est très réussi, entre saleté et vie, se mélangent des intelligences artificielles qui se comportent comme leurs anciens propriétaires. Même si on sent qu’ils donnent tout pour continuer à vivre malgré l’abandon des humains, j’ai ressenti une grande tristesse pour eux.

Les rues font très orientales, comme c’est le cas dans la plupart des propositions futuristes, avec des enseignes lumineuses, des graffitis, des petits commerces, tapis et coussins au sol. Le plus, c’est vraiment la végétation, même si elle est artificielle, elle embellit vraiment le tout, je suis sûre que sans, ça aurait donné un vide de plusieurs natures différentes.

Qui dit monde souterrain, dit absence de lumière naturelle. Ce n’est pas un souci, je dirai même que l’ambiance est super dans les demi pénombres et les néons. Tout est fait, hormis dans les coins ravagés par les nuisances Zurks, pour admirer, Stray fait partie de ces jeux contemplatifs.

On ressent le travail sur les effets de l’eau, les empreintes de peintures qui se dessinent lorsqu’on marche dedans la lumière et la poussière. Même s’il n’y a au final pas grand-chose à faire, on prend plaisir à se balader.

Voyons maintenant les activités qui vous attendent dans Stray. Je vous le dis tout de suite, on n’est pas sur un type de jeu bourré d’action et de choses à faire.

Je ne vais pas faire une liste, mais en gros, le principal objectif, c’est surtout de trouver le bon chemin dans le dédale de rues, trouver où sauter (corniche, climatiseurs, toit…) ou entrer.

Du coup, vous aurez de petites actions à faire pour rendre le chemin praticable, comme faire tomber une planche, mettre un bidon vide au bon endroit pour vous aider à sauter, activer des choses. Bien sûr, les Zurks vous pourchasseront, il faudra courir pour les semer ou jouer la discrétion en avançant à pas de chat.

Vous aurez aussi quelques quêtes annexes qui consistent à trouver des objets pour les échanger contre d’autres ou obtenir des informations, vous n’êtes même pas obligés de les faire.

Cependant, vous passerez à côté de petits moments simples et la satisfaction d’avoir rendu service à des gens gentils et dans le besoin.

NOTE: 16/20 – Stray s’adresse vraiment à un public de tout âge, il n’est pas bien difficile, de plus les sauts sont encadrés (vous ne pouvez pas sauter dans le vide).

Néanmoins, les joueurs allergiques au jeu contemplatif, à l’ambiance singulière avec peu d’action, s’ennuieront vite. Stray c’est un univers particulier, qui vous fait sentir chat l’espace de quelques heures, dans un environnement très plaisant et une bande son vraiment chouette.

J’ai même ressenti un pincement au cœur lorsque mon chat est mort dévoré. Mon vrai seul bémol, c’est le prix, 29€99 pour 6h de jeu, hum, ça me parait exagéré. Avis aux amateurs.

💎 Review réalisée à partir d’une version presse PS5.

Points Positifs

● Touchant.
● Beau.
● Etre un chat.
● L’ambiance.
● La bande son.

Points Négatifs

● Pas pour tout le monde.
● Court.

Informations

Sortie: Le 19 juillet 2022
Langue: Textes FR
PEGI: 12
Dispo: PS5, PS4, PC
Éditeur: Annapurna Interactive
Développeur: BlueTwelve Studio
Mode: Solo
Durée: 5h
Complétion: 10h

Un autre jeu Annapurna Interactive ici

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu!


En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Karma Shachou

Joueuse de RPG avant tout, elle a pourtant commencé avec Tetris sur les WC. La passion (geek, pas les WC) a persisté sur le blog en 2012 avec rien ni personne, puis, elle a grandi avec de nombreux partenariats et quelques larbins en intérim. Touche à tout, jeux indé/AAA, sauf le sport, les FPS et les MMO (à part SWTOR, une religion de jeunesse), elle poursuit sa route vers la gloire et s'étend même dans d'autres domaines! Par contre, y'a plus de place chez elle: ah les collections!!!

Laissez un commentaire on réagira avec vous!