GestionSimulationTest

Test du jeu vidéo Medieval Dynasty chez Toplitz Productions

Quand vous jouez aux jeux de city builder, vous est-il déjà arrivé de suivre un de vos péons pour le regarder vivre? Où va-t-il? A-t-il quelqu’un qui l’attend quand il rentre chez lui le soir, exténué de travail, les épaules fourbues de son dur labeur pour se prélasser le soir devant un bon repas chaud, payé grâce à une paye misérable, mais qui permet de vivre dignement, car un péon n’a peut-être pas de pétrole, mais il a sa dignité?

À quoi rêve-t-il? A-t-il une bonne relation avec sa femme, avec ses enfants? Peut-être à ce moment-là vous êtes-vous demandé ce que ça ferait de jouer l’un d’entre eux ?… Moi non plus. Mais vous pourrez le découvrir si vous jouez à MEDIEVAL DYNASTY du studio polonais Render Cube !

Une back story trépidante

Vous êtes donc Racimir, 18 ans, fils de paysans, ayant vécu toute votre vie avec eux. La guerre a malheureusement fait rage dans votre contrée. Vous êtes forcé de fuir alors que vos parents sont probablement assassinés.

Désœuvré, vous vous rappelez alors que votre mère vous parlait souvent de Iordan, son frère marchand habitant dans une autre vallée. Vous décidez alors le rejoindre. Arrivé sur place, sacrebleu! L’oncle a déjà cassé sa pipe! Pas de joyeuses retrouvailles familiales pour vous…

Cependant, le Castellan local, Unieghost, est un ami de feu votre oncle. Il n’entend pas vous laisser sombrer dans la dépression et vous propose de vous installer dans la région et tant qu’à faire de fonder votre propre village, c’est une bien belle vallée et puis il y a de la place, vous avez juste à payer une taxe au roi et on en parle plus, hop! Va, pars vivre ton destin, youkaïdi youkaïda.

Avant même d’avoir compris comment prononcer correctement le nom de votre interlocuteur, vous voilà donc propriétaire d’une charmante petite chaumière dans un coin de la vallée, que vous aurez bâtie de vos propres mains (et vous pouvez être fier de vous, high five!). Maintenant, vous allez devoir survivre à la nature hostile, étendre votre village, fonder une famille… Et pourquoi pas en apprendre plus sur votre oncle, qui semble avoir été un homme intrépide et courageux, au passé mystérieux et intrigant (le héros que vous ne serez donc jamais).

Une première partie de jeu très basée survie

Dans Medieval Dynasty, où vous jouez à la première ou à la troisième personne (au choix), vous allez devoir gérer plusieurs types de gameplay. Quand vous commencerez le jeu, vous allez principalement vous fixer sur la partie survie. La santé, la faim, la soif, l’empoisonnement, le froid, la saleté, sont tout autant de paramètres que vous allez d’abord devoir gérer au moyen de vos stocks personnels (cueillette, exploitation de la forêt et des cailloux locaux, chasse…). Et de votre volonté forte de rester en vie en courant très très vite, angoissé par la diminution de votre barre d’endurance, pour échapper aux animaux sauvages qui vous butent en 4 coups de mâchoire! 

Pour upgrader votre personnage et ses capacités, vous allez également devenir un livreur Fedex émérite et aller randonner par monts et par vaux à la poursuite de vos rêves… Enfin surtout d’un sac à dos acceptable pour pouvoir porter plus de poids. Et de vêtements chauds pour survivre à l’hiver. Et aussi d’un arc pour cesser d’être une proie facile pour tous les prédateurs et animaux hostiles de la région… Vous en profiterez pour découvrir l’arc narratif du jeu, pas forcément très développé, mais sympathique, avec des dialogues de jeune insolent qui m’ont parfois bien fait rire!

Passer de péon à seigneur local

Une fois vos skills un peu plus développés, vous allez progressivement construire votre village, rondin par rondin, pierre par pierre, aidé(e) par des quêtes vous suggérant un ordre relativement correct d’exécution pour apprivoiser le jeu. Cette partie sera plus simple pour les habitué(es) des city builder.

Il faudra construire les bâtiments qui permettront d’apporter les matières premières nécessaires à la survie de vos villageois puis en ajouter petit à petit pour diversifier vos productions. A partir de là vous allez commencer à gagner des sous. Vous pourrez donc acheter des plans pour faire tout un tas d’objets et payer la fameuse taxe au roi qui augmente très vite!

Il faudra aussi rendre vos habitants toujours plus heureux. J’avoue, ceci dit, que je n’ai pas bien compris comment augmenter leur bonheur… De plus, vos villageois, que vous avez invités personnellement à venir vivre chez vous (censés être autonomes) sont, et pardonnez-moi l’expression, un peu cons. Il faudra donc toujours garder un œil paternaliste et vigilant sur votre petit univers, donner des ordres et fournir du matériel pour que tout roule à peu près.

L’amour brille sous les étoiles

Vous formerez les couples, en décidant qui habite avec qui: je vous rassure, la ressemblance avec The Sims s’arrête là et fort heureusement… Car vous ne pourrez pas construire de piscine pour vous débarrasser d’un villageois un peu chiant! Ce ne sera pas le cas ici, les PNJs sont tous très… PNJs en dehors de la quête histoire.

Votre village est construit et vos camarades péons ont compris leurs tâches et survivent à peu près par eux-mêmes. Vous avez décimé la moitié des populations animales locales et défriché toute la zone telle une esthéticienne compétente. Il est temps de compter fleurette à une jeune donzelle, de vous marier et de lui faire un enfant qui vous succèdera à votre mort. Pas de romance homosexuelle possible ici, ni de possibilité de jouer une femme. Les personnes LGBT n’existent pas et la femme est là pour bosser, vous pondre des lardons et s’en occuper… Éventuellement vous réparer quand vous avez bobo, fin de l’histoire. C’est quand même bien pratique d’avoir une esclave… Pardon, une femme. 

Un jeu à modifier si vous manquez de temps pour jouer

Votre fils, une fois adulte, fera office de vie supplémentaire et vous permettra de continuer la partie indéfiniment. Simba, n’oublie pas, il viiiiiiiit en toiiiiiii… Car les parties sont vraiment très longues! Debout à 6h du matin et couché à minuit, votre journée dure en temps de jeu environ 45 minutes (sans compter les longues pauses dans les menus à paramétrer vos bâtiments et votre inventaire).

En comptant 3 jours par saison et 4 saisons par an, un an en temps de jeu dure 9 heures… Et encore, vous n’avez pas l’obligation de dormir toutes les nuits. Sachez tout de même que vous avez la possibilité de changer plusieurs règles du jeu, en fonction de vos affinités avec l’aspect survie (limite de poids, faim, soif, etc) ou justement du temps dont vous disposez pour jouer (vous pouvez raccourcir le temps d’une saison par exemple)…

Toujours en cours de développement et d’amélioration, le studio Render Cube a publié une feuille de route avec des améliorations, ajouts et corrections à foison (suggérés en grosse partie par une communauté fidèle de joueurs présents depuis l’alpha lancée il y a maintenant 2 ans), sans compter la promesse d’un mode coop en 2023 que j’attends désormais avec une grande impatience!

Des graphismes impressionnants pour un jeu indépendant…

Côté graphismes, c’est vraiment très joli, avec un rendu réaliste très réussi. Le jeu a d’ailleurs bénéficié d’une mise à jour pendant que je le testais. Elle a amélioré les ombres, les mouvements du personnage mais aussi de la nature qui l’entoure. Je n’ai aucune connaissance de médiéviste, mais c’est tout à fait comme ça que je pourrai m’imaginer des paysages moyenâgeux en Ukraine. Le desing des personnages et des bâtiments sont crédibles. J’ai remarqué la même chose pour les forêts, lacs, ruisseaux, animaux… Je n’ai pour l’instant jamais rechigné à me déplacer sur la map, profitant avec plaisir des paysages s’étendant devant moi. 

… Et un rendu sonore plutôt qualitatif !

Les bruitages sont également plutôt réussis.  Les cris des animaux ou même du vent, de la pluie sont très crédibles. Moi la grande sensible, je me serai d’ailleurs bien passée du cri d’un animal qui souffre quand on le chasse…

La musique est très agréable avec plusieurs bons morceaux composés par Elina Ungarova. Elle est connue sous le pseudo Queen of Noise et directrice du label « Virus Entertainment » compostitrice de l’OST de Yandere Simulator pour le plus connu et d’autres jeux plus confidentiels. Bon, si je devais redire quelque chise, c’est que la musique me parait parfois un poil trop épique à mon goût. Quand je ramasse des champignons, je préfère une musique champêtre qu’un morceau à botter des culs!

NOTE 17/20 – Bon, j’ai a-do-ré jouer à Medieval Dynasty. Je n’ai d’ailleurs pas fini d’y retourner… C’est ma vie sociale qui va encore en prendre un coup! Le mélange survie/rpg/city building fonctionne très bien mais il y a encore des améliorations à faire. Le jeu est cependant en constante évolution, ce qui laisse présager le meilleur!

Donc je vous recommande chaudement le jeu actuellement, je pense qu’il a le potentiel d’être un chef-d’œuvre dans les années à venir. C’est à surveiller de très très près! Bon, je vous laisse, j’ai des péons à diriger et vous l’avez compris, ce ne sont pas les couteaux les plus aiguisés du tiroir… Ma métropole ne va pas se construire toute seule!

💎 Review réalisée à partir d’une version PS5.

Points Positifs

● Le mélange survie/RPG/City Builder qui fonctionne bien.
● Les dialogues parfois très drôles.
● Des beaux graphismes.
● Le travail sonore quali.
● Possibilité de tout paramétrer.
● En constante évolution.
● Une coop à venir!

Points Négatifs

● On ne peut ni jouer une femme…
● … ni un personnage LGBT.
● Des PNJs débiles alors qu’ils devraient être autonomes.
● J’aurai aimé avoir au moins une épouse intéressante et bien écrite.


Informations

Sortie: Le 28 octobre 2022
Partenariat: Just For Games
Langue: Texte français
PEGI: 16
Dispo: PC, Series
Éditeur: Toplitz Productions
Développeur: Render Cube
Mode: Solo

💜 Aidez-nous en partageant cette page, cela nous permet de vous proposer plus de contenu!


En savoir plus sur Le Blog Geek

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

SalbeT

Née avec une manette dans les mains, tout a commencé à 3 ans sur Shinobi. Bien plus branchée jeux indés que AAA, mais toujours présente quand il s'agit de crier son amour pour The Witcher 3 ! Éclectique, elle a quand même des styles de prédilection : les visual novels et autres jeux narratifs, les point'n'click, les jeux de survie/aventure, les rogue-lites, les jeux en coop, les…

Une réflexion sur “Test du jeu vidéo Medieval Dynasty chez Toplitz Productions

Laissez un commentaire on réagira avec vous!